Mais tu fais quoi comme job ?

Mais tu fais quoi comme job ?

Les métiers du web se sont largement développés ces dernières années mais ils restent encore assez récents pour que beaucoup de personnes les comprennent mal. J’écris professionnellement sur internet depuis 10 ans, et cela fait donc 10 ans que je dois régulièrement expliquer mon métier en long, en large et en travers. Au moins ça alimente les conversations lors des longs trajets de co-voiturage ! Et ça m’a aussi donné envie d’expliquer ici un peu plus en détails ce que je fais.

 

Mon métier de rédactrice web

Quand je dis que je suis rédactrice web et qu’on me demande en quoi ça consiste exactement, je réponds généralement “si tu vois du texte quelque part sur internet, c’est souvent quelque chose que j’aurais pu faire”. Et des textes sur internet, il y en a beaucoup :

  • les pages produits des boutiques en ligne
  • les articles de blogs, les magazines en ligne et les blogs d’entreprise
  • les publications sur les réseaux sociaux
  • les newsletters
  • les sites vitrine
  • … et toutes les pages de tous les sites

Une rédactrice web ou un rédacteur web ne doit donc pas juste “savoir écrire”. Il faut aussi avoir des connaissances en SEO, en HTML, savoir utiliser un CMS (l’outil derrière chaque site qui permet de créer et mettre en ligne le contenu), faire de la veille pour se tenir au courant des dernières pratiques et des actualités de son domaine de prédilection, avoir un style qui permet de retenir le lecteur ou encore suivre (et même penser !) une ligne éditoriale. C’est un métier très riche et très intéressant !

➙ Voir aussi Comprendre le référencement quand on débute

La vie d’indépendante

Je n’ai pas vraiment choisi d’être freelance, mais j’ai choisi de le rester. Alors que je cherchais un job de salariée, on m’a proposé de faire du freelancing, j’avais besoin de travailler donc j’ai dit oui. Au fond, je crois que j’avais depuis longtemps envie d’être indépendante mais j’avais l’impression que c’était impossible. Et en effet : j’adore ma vie d’indépendante.

J’ai mis un peu de temps à vraiment trouver mon rythme, à me débarrasser de mes préjugés sur comment on “doit” travailler et trouver ce qui me convient le mieux, mais maintenant ça tourne. J’ai encore un petit job d’appoint, quelques heures par semaine, pour m’aider à développer mes projets et pouvoir manger, donc je bosse pas mal mais comme je suis passionnée par ce que je fais, ça me va. Grâce à ma vie d’indépendante, j’ai réussi à arrêter de mettre un réveil le matin, et j’ai beaucoup plus d’énergie depuis sans pour autant dormir jusqu’à midi. Je peux faire de longues pauses ou même arrêter de travailler quand l’inspiration n’est pas là et du coup quand je travaille, je suis efficace. Et surtout je peux travailler en chantant sur Beyonce, et ça, ça n’a pas de prix 😄

Ma formation et mon parcours

J’ai toujours été plutôt littéraire mais je n’ai pas suivi de formation en particulier pour être rédactrice web. J’ai fait un Bac L puis je me suis orientée vers une licence d’Anglais avant de partir vivre à Londres où je donnais des cours de français à des enfants. C’est à ce moment-là que j’ai écris quelques articles pour un magazine en ligne suite auxquels on m’a offert un job de rédactrice. Je suis donc devenue salariée pour une entreprise qui avait créé un réseau de blogs et de magazines en ligne autour du féminin, de la mode et de la beauté (avec notamment Caroline Daily). Au bout de deux ans, j’ai eu envie de partir vers de nouveaux horizons et je suis devenue freelance.

À l’époque où j’ai passé mon bac, en 2003, les blogs et le contenu sur internet en étaient encore à leurs débuts et il y avait peu (voire pas) de formations dans le domaine. Je ne savais même pas qu’il serait un jour possible pour moi de vivre de ma plume et sur internet ! Mon parcours serait complètement différent je pense si j’étais née dix ans plus tard. J’ai donc un peu tout appris sur le tas, grâce aux informations glanées sur internet, à mes expériences (et mes échecs !), à quelques formations en ligne (je vous conseille au passage les formations de LiveMentor) et aux gens qui m’entouraient.

Des Mots et du Thé : le métier de rédactrice web et blogueuse

Mon autre métier : blogueuse

Pendant longtemps, je n’osais pas me qualifier de blogueuse parce que je n’avais pas vraiment de blog. Ou plutôt, j’en avais deux à l’abandon, je m’occupais de celui de Color-Mania et j’avais participé à plusieurs blogs pendant mes deux années de salariée. Certes, on ne pouvait pas dire que j’étais blogueuse si par là on entend “qui vit de son blog personnel” mais j’étais bien blogueuse dans le sens où je m’occupais de blogs de façon professionnelle et que je savais comment m’y prendre !

Dans toutes mes tâches de rédactrice web, ce que je préfère c’est le blog. C’est là que l’écriture est la plus amusante et la plus enrichissante pour moi. Je m’intéresse au SEO et à la communication parce que ça va avec mon job, mais ce que j’aime moi c’est écrire et partager des trucs. Alors il y a quelques mois, j’ai décidé de vaincre la peur de vraiment me lancer dans “un projet à moi” et j’ai créé Fat Lobster puis, plus récemment, Des Mots et Du Thé. Sur du long terme, j’aimerais clairement pouvoir monétiser ces projets pour m’y consacrer à fond et que mon activité de rédactrice freelance ne soit plus que consacrée à des projets qui m’intéressent beaucoup.

Tu gagnes bien ta vie ?

Une fois que les gens commencent à cerner à peu près en quoi consiste mon job, “Tu arrives à gagner ta vie ?” est généralement la question qui suit.

Ce à quoi j’ai envie de répondre : je ne suis pas à la rue donc clairement c’est bien que je me débrouille. Alors ne vaudrait-il pas mieux me demander si ce boulot me plait ? On ne demande pas à un.e salarié.e combien il.elle est payé.e après tout. Mais bon c’est un autre débat !

En toute franchise, j’ai de quoi vivre correctement en ce moment mais je ne dirais pas que je gagne bien ma vie. Je ne pense pas pourtant que la galère soit une obligation de la vie de freelance. Il y a beaucoup d’indépendant.e.s qui gagnent bien leur vie. En ce qui me concerne, je sais exactement pourquoi là tout de suite, je ne gagne pas encore bien ma vie et j’ai bien l’intention que ça change.

L’année où j’ai commencé à être freelance, j’ai été diagnostiquée d’une maladie auto-immune, ça ne fait qu’une petite année que j’ai enfin trouvé comment l’aborder et que je suis vraiment en forme. Développer son activité quand on a l’énergie d’une moule, c’est un peu compliqué donc forcément j’ai tout fait au ralenti, et les résultats arrivaient eux aussi au compte-gouttes.

Pendant longtemps, j’ai également bataillé contre mes a priori sur la vie d’indépendant.e et j’ai travaillé sur moi-même pour savoir ce que je voulais vraiment et pour ne plus avoir peur de m’y donner à fond. Je pense maintenant être sur la bonne direction et j’ai fait le choix de consacrer du temps à mes projets et de les développer. Je préfère me contenter de peu pour le moment puisque je le peux facilement pour donner toutes les chances à ce que j’aime vraiment !

ET VOUS, VOUS ÊTES AUSSI INDÉPENDANT.E OU VOUS ENVISAGEZ DE LE DEVENIR ? VOUS FAITES QUOI DANS LA VIE ?

RETROUVEZ-MOI SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
BESOIN D'UN COUP DE MAIN ?

cliquez sur l’image ou sur ce lien pour accéder à mon site pro

2 Commentaires
  • Mélanie
    Posté à 15:25h, 28 avril

    Ton article est intéressant, il permet d’en apprendre plus sur ce métier qui, il est vrai, a du mal à être appréhendé pour qui n’y est pas directement confronté. C’est intéressant de savoir comment tu t’en formée en autodidacte ! Et comment fais tu pour trouver des clients ? En tout cas bravo pour ton parcours et pour ta détermination, surtout avec tes soucis de santé. Je te souhaite une belle réussite dans ton activité de freelance !

  • Chloé
    Posté à 16:58h, 28 avril

    Merci Mélanie ! Pour les clients jusqu’à présent c’est beaucoup le réseau qui a fonctionné (amis, connaissances de connaissances, bouche à oreille), on m’a aussi quelques fois contactée via LinkedIn ou autres réseaux en ligne. Je pense qu’avoir un blog est aussi une très bonne façon d’attirer les propositions !

Commenter