Comment j’ai trouvé mon organisation de travail

Comment j’ai trouvé mon organisation de travail

Une des difficultés dans le vie de freelance / indépendant·e / entrepreneur·se, c’est d’appliquer de la rigueur à soi-même et de travailler avec sérieux. Forcément quand on travaille à quelques mètres du lit ou du canapé (voire sur le lit ou le canapé !), la tentation d’ouvrir Netflix plutôt que de travailler est grande !

Personnellement, j’adore travailler de chez moi, en “pyjama de jour” (meilleure tenue de travail), mais ce n’est pas pour autant que je n’ai pas un peu tâtonné avant de trouver la bonne façon de m’organiser pour être efficace. Comme je suis sûre que c’est une question que beaucoup d’indépendant·e·s se posent, je vous parle dans cet article de comment j’ai fait pour trouver mon rythme et de comment je m’organise au quotidien !

 

Trouver son rythme naturel de travail

À l’école et dans le salariat, on ne nous apprend pas à trouver notre rythme naturel, la façon de travailler qui nous va le mieux, entre autre parce qu’il faut suivre des horaires souvent assez précis. Alors forcément, le jour où l’on se retrouve à travailler de chez soi, on peut se dire qu’on va appliquer la même façon de faire… et se rendre compte que ça ne marche pas.

Attention, je ne dis pas que s’imposer des horaires de travail précis ne fonctionne pas quand on est à son compte. Certaines personnes en auront besoin, d’autres pas du tout, selon leur façon de ressentir les choses ou leurs obligations personnelles (quand on a des enfants, ça change tout forcément !). Ce qu’il faut, c’est trouver ce qui marche pour vous.

Comment j’ai trouvé mon rythme de travail

Pendant longtemps, j’ai oscillé entre m’imposer des horaires précis de travail et suivre complètement mes envies. L’un comme l’autre, ça n’allait pas. Je me retrouvais soit trop fatiguée et découragée, soit à ne pas travailler suffisamment.

Pour résoudre cette grande question des horaires de travail, j’ai donc essayé de m’écouter. Qu’est-ce qui était vraiment difficile pour moi ? Qu’est-ce qui marchait au contraire plutôt bien ? Quels étaient mes points faibles et mes points forts ?

J’avais toujours eu du mal à me lever le matin. Avoir des soucis de thyroïde n’a pas vraiment aidé puisque je traverse régulièrement des périodes de fatigue. Bref, mon sommeil est sacré. Et si je dors mal ou que les réveils sont toujours difficiles, je mets tellement de temps à émerger le matin que j’ai du mal à travailler. Ma meilleure décision a donc été d’arrêter de mettre un réveil le matin et d’essayer de m’obliger d’être installée à 8h ou 9h devant mon ordinateur. Le mieux dans tout ça ? C’est que sans réveil, je ne me réveille pas tard pour autant, et que je suis souvent devant mon ordinateur à 9h, mais avec l’esprit beaucoup plus clair.

Comment trouver son rythme de travail freelance

Apprendre à s’écouter

Réussir à s’écouter, surtout si son penchant naturel va à l’encontre de ce qu’on a toujours fait (comme ne pas mettre de réveil), ce n’est pas facile, et j’ai eu du mal au début à prendre cette décision (alors qu’étant célibataire et sans enfant, ce n’était pas très compliqué). Quand j’ai cependant vu tout ce que ça changeait dans mon énergie et ma motivation, j’ai voulu pousser plus loin et apprendre à m’écouter encore mieux.

Depuis un an, je suis donc attentive à ce que je ressens, à mon énergie, à mon inspiration, à mes envies et j’essaye de noter ce qui revient. J’ai essayé plusieurs façons d’organiser ma journée pour voir ce qui me convient le mieux.

Sans surprise, c’est le matin qui est le plus propice à la création pour moi. C’est donc là que j’écris. Je n’attends pas de m’auto-digérer pour prendre ma pause de midi, même si ce que je fais est passionnant, parce que je sais que si j’attends trop pour manger, le coup de barre après sera encore plus intense.

En début d’après-midi, digestion oblige, je ne suis pas au top et j’ai un peu du mal à rester assise à mon bureau. C’est donc le moment que je choisis pour bouquiner, aller faire des courses, aller me balader, où je cale les rendez-vous perso du type médecin, ou si je travaille, je me concentre sur des taches faciles.  À partir de 15-16h, la motivation revient et c’est le moment que je choisis pour créer des visuels, programmer les réseaux sociaux ou Pinterest, me pencher sur ma stratégie et mon calendrier éditorial. J’arrête de travailler entre 18h et 20h, selon la fatigue.

Maintenant que j’ai bien compris comment je fonctionne sur la journée, j’essaye d’appliquer la même chose à la semaine. Je sais que du lundi au mercredi, je suis à fond, alors c’est là que je case ce qui me demande le plus d’énergie. Le jeudi, au contraire, a toujours été un jours difficile (déjà au lycée), alors ce jour-là, j’essaye de ne pas trop charger ma to-do list et de suivre mes envies.

➙ Voir aussi L’importance du temps libre dans la création de contenus

Se mettre des priorités

Je suis facilement victime du “tout est important”. Et pourtant, tout n’est pas important ! Il faut mettre des priorités dans ce qu’on fait pour ne pas se retrouver complètement débordée.

J’ai tenté d’avoir un “vrai” agenda, et de caler chacune de mes taches à effectuer sur des plages horaires. Mais comme je le disais plus haut, les horaires, ce n’est pas vraiment mon truc. Cet agenda, c’était la cata.  Dès que je me retrouvais à dépasser le temps prévu ou à ne pas avoir finalement le temps de faire une tache, bonjour le stress et l’angoisse.

J’ai aussi essayé une technique dont j’ai souvent entendu parler qui consiste à lister tout ce qu’on a à faire, effectuer tout de suite ce qui ne prend que quelques minutes puis sélectionner trois taches principales pour sa journée qui sont à faire avant tout le reste. Pas mal, mais pas encore parfait pour ma façon de fonctionner.

J’ai fini par arriver à une organisation de travail sur plusieurs niveaux :

  • un planning intemporel : comme j’ai beaucoup de taches qui reviennent tous les jours, toutes les semaines et tous les mois, j’ai commencé par me faire un planning intemporel sur quatre semaines. Qu’est-ce que je dois faire, à quel moment du mois ? Quel jour est idéal pour écrire ma newsletter ? Sur quelle semaine du mois puis-je programmer mes articles des semaines à venir ?
  • une to-do list / calendrier à la semaine : à la fin de chaque semaine, je programme la suivante. J’ai créé un petit calendrier dans Numbers avec une colonne pour chaque jour (lundi à vendredi). Pour chaque colonne j’ai une case à cocher, une case pour la tache et une case pour le temps. Je liste tout ce que j’ai à faire et je le place dans mon calendrier, en notant une estimation du temps que ça va prendre pour ne pas surcharger mes journées et me sentir débordée. Puis je mets en gras ce qui est à faire en priorité. Et je coche chaque tache effectuée pour me motiver. Si vous voulez voir à quoi ça ressemble, vous pouvez la télécharger en remplissant un des deux formulaires en haut ou en bas de cet article !
  • et bien sûr j’ai un calendrier éditorial pour chaque blog que je gère. Je planifie mes idées de contenus plusieurs mois à l’avance pour avoir une vraie stratégie et une vision à long terme !
  • j’ai aussi un agenda papier pour noter mes rendez-vous et les événements importants à venir.

 

➙ Voir aussi Pourquoi avoir un calendrier éditorial ?

Ma façon de fonctionner n’est pas forcément la bonne pour vous. Pour trouver votre rythme et votre organisation, faites des tests et surtout restez à l’écoute de ce que vous ressentez et de votre énergie tout au long de la journée.

ET VOUS, VOUS AVEZ DU MAL À TROUVER VOTRE ORGANISATION DE TRAVAIL ?

Organisation blogueuse : comment trouver son rythme de travail ?

RETROUVEZ-MOI SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
MES TECHNIQUES DE PRO !
créer le calendrier éditorial parfait pour son blog

cliquez sur l’image ou sur ce lien pour accéder à la formation

BESOIN D'UN COUP DE MAIN ?

cliquez sur l’image ou sur ce lien pour accéder à mon site pro

2 Commentaires
  • La plume rose
    Posté à 20:28h, 28 novembre

    Je pense que le plus important c’est effectivement d’écouter son corps ! Je ne suis pas à mon compte mais pour autant lors de mes jours off j’ai toujours une tonne de choses à faire, en général j’aime pas rester à rien faire mais y a des jours comme tout le monde ou je n’ai envie de rien. Dans ces moments là je prends du temps pour moi et je pense que c’est la meilleure chose à faire :). Pourquoi se mettre une pression inutile, franchement ? ^^

  • Chloé
    Posté à 16:28h, 29 novembre

    Tu as raison, on a aussi le droit de rien faire, et ça même beaucoup de bien !

Commenter