Syndrome de l’imposteur : comment se sentir légitime de bloguer ?

Syndrome de l’imposteur : comment se sentir légitime de bloguer ?

Le syndrome de l’imposteur c’est l’horrible impression de ne pas être légitime dans ce que tu fais. Quand tu te dis que tu n’as pas les compétences, que tu es nulle, que tout le monde va finir par se rendre compte que tu es complètement à côté de la plaque ou que tu ne réussiras jamais, c’est lui qui parle.

Ce syndrome de l’imposteur, il ne fait pas exception dans le blogging, et il faut faire avec. C’est complètement normal de l’avoir, je ne pense pas qu’une seule blogueuse ou entrepreneuse ne passe par là, tu dois juste apprendre à lui parler pour qu’il ne t’empêche pas d’avancer.

Moi aussi je me suis demandée souvent si j’étais compétente et si je pouvais prendre la place que je voulais. Je doute régulièrement et je sais que plutôt que d’ignorer mes doutes (ou pire les écouter !), il vaut mieux que je leur réponde pour réussir à les faire taire.

Quand on se sent illégitime de bloguer, qu’on pense qu’on n’a pas les compétences pour et que du coup, il vaudrait mieux tout laisser tomber (alors qu’au contraire, il faut persévérer !), c’est dur de garder le moral. Voici donc quatre actions à mettre en place quand tu te retrouves dans ce mood, pour inverser la tendance !

Penser sa mission et ses valeurs pour se sentir légitime

La première chose qui va t’aider à dépasser ton syndrome de l’imposteur, c’est de penser à pourquoi tu fais ce que tu fais. La mission que tu t’es données en créant ton blog, les valeurs que tu veux partager, ce que tu veux apporter à ton audience… tout ça c’est hyper important et c’est ce qui nourrit ta motivation.

Le “pourquoi” de ton blog, je pense que c’est quelque chose que tu devrais penser dès le début. C’est aussi quelque chose qui va évoluer au fur et à mesure de tes expériences et du travail que tu vas faire sur ton blog. Tu peux prendre une page dans un carnet, ou écrire tout ça sur une feuille libre que tu accroches au-dessus de ton bureau, pour noter en quelques lignes ton “pourquoi”.

Demande-toi par exemple :

  • Pourquoi j’ai eu envie de créer mon blog ?
  • Qu’est-ce que j’aime dans le fait de bloguer ?
  • Qu’est-ce que j’apporte aux personnes qui me lisent ?
  • Quelles valeurs je véhicule ?
  • Qu’est-ce qui me rend mon blog unique ?

Réponds à tout ça un jour de bonne humeur et de motivation et relis tes réponses quand tu sens le doute et le syndrome de l’imposteur pointer le bout de leur nez !

Arrêter de se comparer aux autres pour ne pas entretenir son syndrome de l’imposteur

Ton syndrome de l’imposteur qui te donne l’impression de ne pas être légitime de bloguer est entretenu à chaque fois que tu te compares à quelqu’un d’autre.

Se comparer, c’est humain, et c’est normal que tu passes par là. Mais quand ça revient trop souvent et que ça se transforme en syndrome de l’imposteur (“tout le monde assure sauf moi”), alors là, il faut que ça cesse.

Personnellement, quand je passe par une période un peu difficile, je sais que je vais tout de suite me comparer aux autres. Si je dois faire face à un échec, je me demande tout de suite pourquoi les autres réussissent et pas moi, et si ça veut dire que je n’ai pas ma place dans mon domaine.

Ma solution contre ça, c’est de couper la connexion avec les autres ! J’essaye notamment d’aller moins sur Instagram, parce que je sais que c’est là le pire pour moi. Instagram, c’est un réseau que je trouve génial, et plutôt positif et motivant quand on suit les bonnes personnes, mais quand je suis dans la spirale “les autres sont mieux que moi”, ce réseau se transforme en poison.

Trouve ton poison, ce qui alimente ton syndrome de l’imposteur, là où tu te compares le plus, et prends tes distances aussi longtemps que nécessaire.

Faire le point sur le chemin parcouru pour retrouver la motivation

Tu doutes peut-être de tes compétences et parfois tu as l’impression que tu n’as jamais rien accompli. Et pourtant, c’est complètement faux. Dans ta vie, tu as fait plein de choses.

Fais la liste de tout ce que tu as accompli et ne laisse rien de côté. Ce n’est pas le moment de faire parler ta modestie ou de dévaloriser tes actions. Tout compte, de ta mention au bac au fait d’avoir réussi à sauter le pas en lançant ton blog alors que tu avais peur de le faire, en passant par le premier client que tu a décroché.

Cette liste, elle te rappelle que tu as déjà réussi à faire plein de choses, et que tu as la capacité d’en faire encore plus. Tu peux la relire quand tu as des moments de doute, ou même la refaire, ou encore lister mentalement les actions de ton passé dont tu es la plus fière.

Créer du contenu !

À chaque fois que tu publies un article de blog, je suis sûre que tu diminue la force de ton syndrome de l’imposteur. C’est une des raisons pour lesquelles je pense que créer un blog quand on freelance ou entrepreneuse, c’est une super idée : ça va t’aider à avoir confiance en tes compétences.

Créer du contenu ça te permet :

  • de faire le point continuellement sur ce que tu sais faire ;
  • d’améliorer tes compétences et tes savoirs ;
  • de montrer au monde ces mêmes compétences.

Quand tu crées du contenu, tu affirmes que tu as place. Et si tu as du mal à te sentir légitime de bloguer, c’est en publiant de nouveaux articles que tu vas prendre confiance.

N’essaye pas de faire disparaitre ton syndrome de l’imposteur, parce que c’est normal qu’il soit là. Apprends plutôt à bien réagir quand il refait surface pour continuer à avancer. Pour travailler ta confiance en toi (aka ton champion contre le syndrome de l’imposteur), tu peux aussi :

ET TOI, QU’EST-CE QUE TU FAIS QUAND TON SYNDROME DE L’IMPOSTEUR VIENT TE PRENDRE LA TÊTE ?

2 Commentaires
  • La plume rose
    Posté à 09:55h, 02 juillet

    Ahhh ce bon vieux syndrome de l’imposteur… difficile de s’en débarrasser à 100% ! J’applique effectivement un de tes conseils et ne me compare pas (trop) aux autres, du moins j’essaie. Et finalement ça fonctionne plutôt bien je dois dire 🙂

  • Chloé
    Posté à 11:02h, 07 août

    C’est vrai que c’est très très dur d’arrêter de se comparer aux autres, surtout quand on est dans une période où la confiance en soi n’est pas au top ! Mais essayer au moins d’en être consciente et de rationaliser, ça peut changer beaucoup de choses.

Commenter